Une salle de sport, une brasserie, des endroits plus agréables pour s'asseoir, une vue sur la ville ou tout simplement des panneaux d'information plus visibles: la SNCF veut donner un coup de pouce aux grandes gares parisiennes avec des centaines de millions d'euros.

La transformation a déjà commencé en 2007 avec un important dépoussiérage – et de nouveaux magasins – la gare de l’Est, puis en 2012 la gare Saint-Lazare, transformée en centre commercial.

Le site le plus spectaculaire est maintenant le plus discret et le moins utilisé des six principales stations de la capitale: Austerlitz.

Derrière une jetée se trouve le hall majestueux des années 1860, inondé de pistes du RER et d'un parking, prêt à accueillir à nouveau les voyageurs. L'architecte et designer Jean-Michel Wilmotte, qu'il souhaitait enchanter dans cet espace, a découvert une sorte de grand ballon, qui abritera entre autres un restaurant.

Le ravalement de façade d’Austerlitz doit coûter 290 millions d’euros à la SNCF, pour une transaction immobilière plus importante, d’un montant supérieur à un milliard, qui nous coûtera jusqu’en 2024.

"Ce sera très contemporain, plutôt sublime", lance Patrick Ropert, directeur général de Gares & Connexions, la filiale de la SNCF qui s'occupe des gares.

De l'autre côté de la Seine, on parle principalement de patrimoine dans la gare de Lyon: après la tour de l'horloge, nous rénovons les façades, les sols, les toits et les fresques avant de développer de nouveaux magasins.

Suivez les travaux de rénovation du grand hall et d’une nouvelle façade côté rue de Bercy, en ajoutant une voie d’accès.

"Chaque projet de gare est un projet de rénovation de la ville, les gares ont un rôle clé et c'est pourquoi nous investissons énormément" – 1,2 milliard d'euros sur les trois années 2018 à 2020 – précise Patrick Ropert.

Multiplier les établissements commerciaux peut répondre aux besoins des voyageurs et des résidents, mais aussi générer de nouveaux revenus. Il déclare: "Plus nous investissons et plus nous gagnons d'argent dans les magasins et les services, plus nous pouvons rénover un très grand nombre de stations", y compris le plus petit.

– Une station pour les Jeux Olympiques –

La SNCF a donc déménagé ses propres services à la gare Saint-Lazare pour accueillir des activités plus lucratives telles qu'un centre d'affaires et une salle de sport.

"Nous travaillions tous les 15 ou 20 ans, mais nous n'arrêtons pas maintenant et nous nous améliorons sans cesse, nous nous développons … C'est une nouveauté", déclare Patrick Ropert.

Ici aussi, la rénovation du baldaquin du XIXe siècle est annoncée. Pour la bagatelle de 150 millions d'euros.

Le réaménagement en cours de la gare Montparnasse doit coûter la même chose, partagé avec le promoteur Altarea Cogedim qui en fait un centre commercial.

Si l'opération n'est pas terminée avant la fin de 2020, le premier troisième filet a été livré: les anciennes zones de vente, le dépôt et les bureaux ont été remplacés par de nouveaux magasins, une brasserie, une salle d'attente. ..

"L’idée est aussi de diviser les gens, les clients ont tendance à aller dans la même direction et à s’assembler sur la plateforme transversale" au départ des trains, explique Marie-Laure Dieu-Guillot, assistante du directeur de la Projet Paris-Montparnasse.

"Notre travail consiste à rendre tous les bâtiments agréables et à permettre à chacun d'attendre moins serré ailleurs", ajoute Patrick Ropert.

Ici, comme ailleurs, cette gestion de l'alimentation améliorée inclut également l'amélioration des panneaux d'informations. Plus gros, plus nombreux.

Le morceau est maintenant chargé de la restructuration de la gare du Nord, attribuée à 600 millions d'euros à une société détenue à 34% par Gares & Connexions et à 66% par Ceetrus, le groupe immobilier Auchan.

Il s’agit d’ajouter une aile à la première gare d’Europe pour le terminal de départ et un centre commercial. À leur arrivée, les voyageurs continueront à marcher dans le bâtiment restauré à partir de 1864.

La cour doit commencer à l'automne. L'objectif est d'ouvrir en 2023, avant les Jeux Olympiques.

Entre-temps, des guichets automatiques seront installés à la Gare du Nord pour faciliter les voyageurs Eurostar en franchise de droits au Royaume-Uni dans le cadre du Brexit.