Grandes escroqueries immobilières dans le domaine du football professionnel: enquête ouverte sur …

0
2

le plus
Plus tôt cette semaine, le journal sportif L’Équipe a dévoilé un cas d’investissements immobiliers suspectés d’être frauduleux. Des dizaines de footballeurs professionnels ont été trompés par des experts en stratégie financière. Cette affaire revient à Narbonne, où un complexe immobilier fait partie de ces investissements.

9 rue Kléber. Situé au cœur de la vieille ville de Bourg, classé depuis 2009 comme monument historique en raison de son architecture remarquable du Moyen Âge, cet édifice constituerait le noyau d'un règlement financier face à la justice. Plusieurs joueurs de football professionnels, dont un qui s'est plaint d'une "escroquerie organisée par un gang", ont déposé leur argent dans cet immeuble afin de taxer une partie de leurs revenus. Une transaction financière légale autorisée par le dispositif connu sous le nom de "Loi Malraux". Cette disposition permet l’acquisition d’un ancien bien protégé pour la réhabilitation et, d’autre part, pour la conversion en appartements loués. Une très bonne affaire pour les athlètes qui gagnent des millions et placent leur argent dans la perspective de leur fin de carrière.

"Projet chaotique"

Ce régime d’exonération fiscale peut être particulièrement avantageux… si le placement aboutit. En dehors de cela, rue Kléber, le travail semble prendre beaucoup de temps … trop au goût des investisseurs, dont certains auraient payé de très grosses sommes. Bien que les premiers lots de ce bâtiment monumental aient été vendus en 2010, les travaux de rénovation sont actuellement bloqués.

Le bâtiment est en très mauvais état aujourd'hui, acceptant de dire la ville et les architectes des bâtiments de la France. "Cela pourrait s'effondrer et menacer la voie publique et les bâtiments environnants", confirme une autre source proche du fichier. Selon nos informations, des poursuites pénales ont également été engagées pour avoir mis en danger la vie d'autrui.

"Tout indique qu'il s'agit d'une arnaque"

Du côté de la mairie de Narbonne, nous connaissons le bâtiment en question. "Il est hors service depuis au moins 20 ou 30 ans. Il a été vendu il y a quelques années pour être transformé en appartements de luxe, mais rien n'a été fait. Le bâtiment est une véritable ruine»dit l'une de nos sources. Une réunion entre les élus, les architectes des bâtiments de France et le syndicat représentant les copropriétaires a même eu lieu à la mairie début janvier. Mais rien n'a réussi. "Tout indique qu'il s'agit d'une arnaque », Un parcours dans les couloirs de l’Hôtel de Ville. L’ABF (architecte des Batements de France) étudie à son tour le projet de rénovation "Chaotique dans son processus".

C'est également l'avis de l'un des joueurs professionnels ayant investi dans ce placement. Le footballeur français, ancien joueur de la Liga qui joue maintenant dans un championnat étranger, a porté plainte il y a plus d'un an pour escroquerie organisée par un gang. au parquet de Narbonne, selon le journal sportif.

Le 9 rue Kléber pourrait être au centre d'un important programme financier. Selon nos informations, un promoteur immobilier toulousain serait impliqué dans le projet, dans la mesure où un syndicat de copropriétés à Uzès et une association "ASL 9 rue Kléber" ont déclaré la sous-préfecture de Narbonne en 2011. pour voir les responsabilités de chacun.

Une soixantaine de footballeurs impliqués

Les noms de Didier Sanchez, gérant de la société Sport-Pro Courtage, et d'un cabinet d'avocats Bordelais, pour leur part, sont mentionnés dans l'article du journal The Team du 18 février. Didier Sanchez, qui ferait des affaires, nie toute tentative d'escroquerie dans la presse. Il aurait "Mettez les gens en contact avec d'autres personnes afin qu'elles investissent dans un objectif d'exonération fiscale"il l'a expliqué à nos collègues. Cependant, son nom figurerait dans une procédure judiciaire.

"Il s'agit d'une série d'entreprises en cascade dont l'emplacement est difficile à localiser,explique à l’indépendant une source proche du fichier. Les joueurs de football ont acheté un produit fini dont ils n’ont jamais vu la couleur. Ils ne s'occupent pas du travailx ".

Une plainte similaire à celle du parquet de Narbonne aurait été déposée par un autre intervenant du parquet de Nîmes au sujet d'un autre investissement très coûteux, sans succès, relevant de la compétence de cette juridiction.

Et l'affaire ne devrait pas en rester là, car une soixantaine de footballeurs professionnels auraient investi dans des monuments historiques aux quatre coins de la France, tels que le château de Tancarville en Seine-Maritime ou l'ancien hôpital militaire d'Amélie-les-Bains dans les Pyrénées. Orientales a dévoilé l'équipe Equipe plus tôt cette semaine. Si les faits sont établis, le procureur national, qui est le tribunal compétent en cas de crime financier grave, peut ouvrir une enquête.