Les blocs jaunes du Faubourg de Béthune. Tout le
monde est déjà passé devant cet alignement de bâtiments rue Jean-Moulin.
Les logements qu’ils abritent sont gérés par Partenord Habitat. Des
bâtiments et des logements qui vieillissent mal. Surtout si on en croit
les locataires.

L’eau coule du plafond

La
dernière à se plaindre de son appartement, c’est Cathy Carré qui réside
au numéro 424, au dernier étage du dernier bâtiment. Cette
quadragénaire qui vit là depuis bientôt deux ans avec sa fille de 10 ans
a baissé les bras : elle ne refera pas la déco et préfère ne plus
s’acheter de nouveaux meubles. L’humidité a eu raison d’elle. Le service
d’hygiène de la mairie est venu constater les dégâts : toutes les
tapisseries se décollent et présentent des tâches noires, les plafonds
sont atteints aux angles et près des fenêtres, l’eau coule même du
plafond dans les toilettes et la salle de bains ! « Et pourtant, je chauffe et je laisse les fenêtres ouvertes« ,
témoigne la mère de famille. D’après elle, le problème provient d’une
panne de la VMC mais aussi d’un défaut d’étanchéité des murs et des
toits. Elle n’avait rien constaté en entrant dans le logement, toutes
les tapisseries et les peintures avaient été refaites. Tout est arrivé
quand elle a mis en route son chauffage. « Les voisins ont les mêmes soucis.«

Joachim
Soldani, qui vient de créer une antenne locale de la CNL (confédération
nationale du logement), a été contacté par la locataire et a fait le
relais auprès du bailleur social. Partenord a organisé un rendez-vous
dans l’appartement concerné ce jeudi à 10h.

Lors
de ce rendez-vous, un contrôle de la VMC, des entrées d’air du
logement, une vérification du détalonnage des portes seront effectués.
La chaudière individuelle au gaz sera contrôlée pour s’assurer qu’elle
fonctionne correctement et que le logement peut être chauffé. Partenord
déclare qu’il agira en fonction des constats faits sur place.

Une rénovation en fin d’année

Le bailleur social reconnaît que « les bâtiments du Faubourg de Béthune, communément appelés les blocs jaunes et bleus, sont anciens et doivent être rénovés« .
Partenord Habitat prévoit d’investir 18 millions d’euros dans la
réhabilitation technique et thermique de ces 348 logements, soit plus de
51 000 euros par logement. Le démarrage des travaux est attendu pour
fin 2019-début 2020. « Au-delà de la mise aux normes des équipements
électriques, de la réfection des halls ou encore de l’aspect esthétique,
ce projet vise un double objectif : apporter un meilleur confort aux
locataires et les aider à mieux maîtriser leurs charges par de
meilleures performances énergétiques. Moins énergivores, les immeubles
passeront ainsi d’une étiquette énergétique E ou D à une étiquette B.
«

Mais
devant les dégâts de son logement, la quadragénaire ne voit plus qu’une
issue : déménager. Elle réclame donc avant tout une mutation, quitte à
changer de bailleur.