<p class = "canvas-atome-canvas-text Mb (1.0em) Mb (0) – sm Mt (0.8em) – sm" type = "text" content = "Les occupants d'un bâtiment ont été évacués samedi après un incendie et se sont plaints du manque de fonctions de sécurité dans leur bâtiment. Une partie doit déposer une plainte contre la SA HLM de l’Oise lundi."data reactid =" 11 ">Les occupants d'un bâtiment ont été évacués samedi après un incendie et se sont plaints du manque de fonctions de sécurité dans leur bâtiment. Une partie doit déposer une plainte contre la SA HLM de l’Oise lundi.

La nuit essayait. Samedi matin, les locataires du 59 rue de Clamart, à Compiègne, ont échangé leur façon de maintenir l'horreur. Vers 4 heures de la nuit, un incendie s'est déclaré dans le sous-sol de l'un des bâtiments, entraînant une évacuation complète de la scène et des blessures mineures. Quelques heures plus tard, alors que les émotions sont encore fortes, certains se tournent vers le propriétaire, SA HLM Oise.

Bien que la plupart des locataires soient rentrés chez eux – d’autres sont inhabitables en raison des dégâts causés par la fumée de fumée – certains font état d’un manque de sécurité dans les bâtiments. "Il n'y a pas d'extincteur, pas de porte coupe-feu, pas de détecteur de fumée dans les parties communes", déclare Sylvie. C'est regrettable! Plusieurs d’entre eux prévoient de porter plainte lundi contre X en raison de l’incendie, mais également contre le propriétaire.

<p class = "canvas-atome-canvas-text Mb (1.0em) Mb (0) – sm Mt (0.8em) – sm" type = "text" content = "LP / C.B.
"data reactid =" 27 "> LP / C.B.

Edouard Duroyon, directeur général de la SA HLM Oise, s’est rendu sur site à 12 h 30, avec la tête de l’antenne Compiègne. "Des visites de sécurité ont eu lieu dans tous nos bâtiments dans le cadre d'un plan d'action majeur déployé en 2017 et 2018. S'il n'y a pas d'extincteurs, c'est que nous n'avons aucune obligation de faire quoi que ce soit", explique-t-il.

Bien que les entreprises de nettoyage aient travaillé au cours de la journée pour vider les cages d’escalier, il n’est pas certain que cela suffise à calmer les locataires, toujours sous l’effet de l’émotion. "La nuit où j'ai ouvert ma porte, il y avait beaucoup de fumée, alors j'ai crié dans l'immeuble pour faire sortir les gens de leurs maisons", raconte Sylvie.

Près de 30 victimes évacuées

"Nous n'avons rien vu dans les parties communes", se souvient Katia. Je me tenais à la balustrade pour descendre. Je ne savais pas quel niveau j'étais. Ça fait peur. Nous (…)

<p class = "canvas-atome-canvas-text Mb (1.0em) Mb (0) – sm Mt (0.8em) – sm" type = "text" content = "Lire la suite sur LeParisien.fr

Les cardigans jaunes ont paralysé la Compiègne
Oise: le sang dépend de vous!
Oise: depuis 43 ans, Marc donne son sang "pour sauver des vies"
À Chantilly, l'incertitude de la communauté britannique face au Brexit
Oise: que faire de vos enfants pendant les vacances?
"data reactid =" 32 ">Lire la suite sur LeParisien.fr

Les cardigans jaunes ont paralysé la Compiègne
Oise: le sang dépend de vous!
Oise: depuis 43 ans, Marc donne son sang "pour sauver des vies"
À Chantilly, l'incertitude de la communauté britannique face au Brexit
Oise: que faire de vos enfants pendant les vacances?